Alexander Brodsky

(Russie, 1955)

Artiste et architecte associé au mouvement de « l’architecture de papier » qui s’oppose à l’habitat standardisé en Russie, Alexander Brodsky s’installe à New York dans les années 1990 avant d’ouvrir son atelier à Moscou. L’installation composée de panneaux d’argile crue, et la série de gravures et sérigraphies empruntent à des registres variés : paysage romantique, scène de genre et relevés archéologiques en relief. Entre recherche formelle autour de la perspective géométrique et anecdote cocasse, Brodsky porte un regard critique sur une modernité à l’état de ruine. Les matériaux utilisés traduisent ainsi la fragilité de ces architectures et promesses sur lesquelles reposent nos villes. Au bord de la disparition, le monument, inspiré ici du Panthéon de Rome doté de sa voûte à caissons et de son oculus central, y est ramené au statut de signe qui prend littéralement l’eau. Ces espaces désolés sont autant de lieux pensés comme une méditation philosophique sur la fin des utopies. Ils convoquent des filiations critiques et résonnent avec le thème de fin de l’histoire.

partager sur Facebook ou Twitter