Andrés Perea Ortega

(Espagne, 1940)

Andrés Perea Ortega développe ses premières réflexions autour de l’architecture mobile au sein de l’ETSAM (École Technique Supérieure d’Architecture de Madrid), où il enseigne dès 1967. Cette maquette du projet Móvil Habitable, qui répond à un concours national, illustre l’étude des conditions d’une mobilité absolue, sans limites, à travers laquelle l’habitat se soumet au désir de l’homme et non l’inverse. La maison mobile fonctionne comme un « système solaire miniature », ménageant des effets de translation et de rotation permettant la variabilité de la distribution des espaces de l’habitation. Les différents niveaux de galeries giratoires sont accessibles depuis le noyau central grâce à deux entrées permettant de multiples accès aux différents espaces d’habitation. Le noyau canalise les circulations verticales, colonne vertébrale unissant le sol, stable, à l’espace, instable. Ce projet participe aux recherches européennes de l’époque sur les questions d’urbanisme mobile et de mégastructures et rejoint les principes de circulations et de modularité développés par les architectes Loris Rossi ou Angela Hareiter.

partager sur Facebook ou Twitter