Fabrizio Caròla

(Italie, 1931)

Fabrizio Caròla, Salle en plein air de l’hôtel du cheval blanc, Mali, 1989. Photographie 2111 Studio di Architettura di Fabrizio Caróla / Courtesy Fabrizio Caròla

Depuis une quarantaine d’années, l’architecte italien Fabrizio Caròla, passionné par l’Afrique qu’il découvre en 1972, édifie des bâtiments en forme de dômes, de coupoles ou d’arcs. Construits pour la majorité sur le sol africain dans le respect des techniques traditionnelles de construction nubienne, ses projets cherchent à répondre durablement aux besoins de populations défavorisées. L’agrandissement de l’hôpital de Kaédi en Mauritanie (1984), adossé au bâtiment initial de plan orthogonal datant de l’époque coloniale, est exemplaire de la démarche de Caròla, en quête d’une relation symbiotique entre le sujet et le lieu et toujours respectueuse des modes de vie, en particulier ici du besoin des familles de rester près du malade durant son hospitalisation. À cette fin, l’architecte éclate le plan en plusieurs groupes de cercles qui, autour des chambres centrales des patients, offrent des espaces de résidence pour les proches. Il recourt à la technique de construction ancestrale au compas, permettant de monter des coupoles en briques de terre crue ou cuite, sans fil à plomb ni machines. En cela, il privilégie l’économie locale avec ses matériaux trouvés sur place, sa main-d’oeuvre disponible et ses savoirfaire artisanaux qu’il tient à préserver. Partisan d’une architecture sans architecte, Caròla préfère édifier des « signes » dont la raison première consiste à répondre aux besoins humains.

partager sur Facebook ou Twitter