Gian Piero Frassinelli

(Italie, 1939)

Gian Piero Frassinelli, Vierwindehuis , Amsterdam, Pays-bas, 1983-1990. Courtesy Gian Piero Frassinelli

Membre du collectif italien d’architecture radicale Superstudio dès 1968, Gian Piero Frassinelli mène une carrière professionnelle jusqu’en 2003. Enseignant l’anthropologie, il envisage l’architecture selon une approche sociale. Il écrit pour la Biennale un récit mettant le réel et le présent à l’épreuve de la science-fiction et du virtuel, méditation sur le devenir de l’Homme. Dérive onirique brouillant les niveaux de lecture et les espaces-temps, ce texte inédit s’inscrit autant dans la tradition des contes philosophiques des Lumières que dans la pratique radicale de la fiction ouverte par les contes des Douze villes idéales (1971). Misant sur l’intertextualité, ce métarécit rend hommage à des figures historiques telles que Ettore Sottsass ou Louis XVI. Une série d‘esquisses présente par ailleurs le projet de la Vierwindenhuis [La Maison des Quatre Vents] : complexe de logements dont les quatre angles sont orientés selon les points cardinaux. Conçu en collaboration avec le philosophe Fons Elders autour des relations entre cosmologie, comportement social et architecture, le projet équilibre espaces sociaux et intimes. Inspiré des espaces de transition dans l’architecture Dogon (Mali), le bâtiment s’articule autour d’une cour centrale et intègre une variété de fonctions dans chaque hall placé sous le signe d’un élément : jardin (la terre), espace de rencontres, théâtre (l’air), restaurant (le feu), sauna, bain japonais et fontaine (l’eau). Ce projet reconsidère la question de l’espace privé et public tout en élargissant l’inscription architecturale à l’univers.

partager sur Facebook ou Twitter